lundi 6 octobre 2008

Série et docu sur le web: arte place deux ovnis en orbite

Posted by Picasa


Grand jour pour arte, qui annonce le lancement de non pas un, mais deux projets novateurs: une websérie sur Myspace, Twenty show, et un web-documentaire Gaza/Sdérot.

"Il ne s'agit pas à proprement parler de « programmes Internet », ils sont partie intégrante de l’offre audiovisuelle d’ARTE, qui dans cet effort a mobilisé comme pour un programme habituel, ses partenaires habituels, les producteurs, et obtenu un financement de la part du CNC", précise Jean Rozat, DG d'arte France.

Car au final, les deux projets seront remontés pour une diffusion à la télé...une inversion de la chronologie habituelle.

Bref, je vous invite à tester ces deux expérimentations bénéficiant de budgets conséquents (pour internet : 500 000 euros pour Twenty Show, 216 000 pour Gaza/Sderot), supervisés par l'excellent Joël Ronez (pour les journalistes, lire L'écrit web, vraiment bien).

- Plusieurs nouveautés. Pour la série Twenty show, la série n'est pas diffusée à un endroit unique, mais vit sur les pages Myspace de quatre personnages. Par petits modules de 3 minutes, des vidéos-confessions de djeun's, avec des problèmes de djeun's.

twenty show: la bande annonce


Le logo arte est quasiment absent des profils Myspace: "on cherche à faire exister le programme par lui-même", explique Joël. Il y a aussi le public visé: très jeune, comme les personnages qui parlent devant leur webcam.

Explication. Avec une audience de 58 ans de moyenne, arte cherche à rajeunir son public en ligne. La chaîne a pu faire l'expérience du rajeunissement subi du public regardant les rediff de documentaires - comme celui sur Monsanto - sur les sites (là aussi en avance sur la concurrence) arte + 7 et arte VOD.

Avec Twenty show, on est très loin des soirées Thema sur la deuxième guerre mondiale.

La chaîne franco-allemande prévoit de diffuser 40 webisodes sur 8 semaines. Le casting est plutôt réussi, j'ai particulièrement aimé le personnage de Goldfish (Julien Bouanich).

mes coups de gueule!!!



Toute l'armada des fonctionnalités Myspace permet d'interagir avec les personnages, qui ont même des profils sur Facebook. Sur le profil de l'un d'entre eux, on peut même lire "'j'aime pas la télé"! Ouch. Il paraît qu'une certaine Stylogeek se cacherait derrière tout ça...

Au final, arte prévoit de mixer le tout (avec par exemple les réactions vidéos des internautes) pour une diff début 2009.

Posted by Picasa


- 2ème projet, Gaza/Sderot. Là encore, c'est ambitieux . Une coproduction avec Bo Travail! et Upian.com pour des portraits croisés de Gazaouis et d'Israéliens vivant à quelques kilomètres d'écart. Chaque jour, un « webisode » de 2 minutes permet de suivre une dizaine de personnages, pendant deux mois.

L'interface est particulièrement soignée et réussie, l’internaute entrant dans l’histoire par le biais d’une frise chronologique, de mots-clés, ou d’une carte.

Je trouve l'approche par les cartes - comme l'idée de départ - vraiment pertinente. Pour ceux qui ont fait le (très court) voyage, Gaza/Ashkelon ou Gaza/Sderot, le contraste est pour le moins...euh, saisissant entre ces deux mondes. Reste à voir comment le doc tient sur la longueur.

Les vidéos seront dès le départ accessibles en cinq langues sous-titrées : français, allemand, anglais, arabe et hébreu. Il y a bien sûr un espace de partage de vidéos, commentaires,
podcast, pour susciter et faire vivre le débat.

2 commentaires:

Jean a dit…

Si le premier projet est sympa dans son côté "explosé" (dans sa diffusion) et dans son côté "work in progress", j'ai franchement hâte de voir le second... Reste, comme vous dites, à tenir sur la longueur... C'est parfois le risque avec des concepts trop forts. Le format contraint trop le récit journalistique...

Je pense également que pour un projet web comme celui-ci qui n'a rien de franco-français dans l'angle choisi (à l'inverse du premier), le sous-titrage dans la plupart des langues vaut le coup en terme d'audience... pour un tel reportage à haute valeur ajoutée.

A suivre. Merci de m'avoir aiguillé sur ce projet.

Aurélien Viers a dit…

En tout cas pour Gaza/sderot, le format du double-feuilleton quotidien de deux minutes est pour le moins original, on va voir si ça marche. Ca paraît bien adapté à une consommation web, et c'est bien, en effet, de lancer ces expériences sur des grands sujets, et en le traduisant.

Les formats TV sont il est vrai très figés en news, magazine, docu, c'est bien d'innover.